Linky ne passera pas par eux !

A voir la photo de la délégation du collectif qui a tenu conférence de presse dans les locaux de l’Est-éclair, le titre aurait pu se  mettre au féminin ! Le linky ne passera pas par elles ! La preuve…

C’est sous cette photo que l’on peut lire l’article de Carole Legris, remis en forme par nos soins.

 »

BAR SUR AUBE – Le premier collectif aubois « Stop Linky » vient de voir le jour pour mettre en garde les usagers contre le compteur électrique communicant Linky.

« Notre action vise à faire comprendre à la population qu’Électricité de France veut imposer les compteurs communicants Linky, avec des arguments que nous contestons vivement.  »

Josiane Mayor, Françoise Blancheteau et Angélique Chèvre n’y vont pas par quatre chemins. Membres du tout jeune collectif « Stop Linky », né à Bar-sur-Aube, elles déroulent une longue liste de raisons qui, selon elles, doivent susciter la défiance des usagers face au nouveau compteur électrique en cours de déploiement en France.

Diffuser une information différente

Pour mémoire, c’est une directive européenne de 2009 qui a fixé comme objectif de déployer des compteurs communicants dans 80 % des foyers européens d’ici à 2020. «  L’État présente cette directive comme une obligation. Or, la Belgique, la Grande-Bretagne ou la Norvège laissent le libre choix aux consommateurs de changer ou pas leur compteur. Nous ne sommes pas d’accord avec la politique volontariste de la France dans ce dossier.  » «  Dans le Barsuraubois, l’installation des compteurs Linky doit débuter en 2018. C’est pourquoi nous avons décidé de nous unir pour rendre accessible une information différente, pour que les citoyens n’aient pas à leur disposition qu’un argumentaire commercial et marketing. Nous voulons alerter tous les usagers et sensibiliser les maires du secteur pour organiser des réunions publiques dans les communes, comme ce sera le cas à Bar-sur-Aube le 24 novembre. »

Déterminées, les trois femmes qui s’expriment au nom d’une quinzaine d’habitants qui ont rejoint le collectif à ce jour, disposent de l’expérience d’autres groupes similaires créés en France depuis plusieurs mois.

«  Le mouvement prend de l’ampleur et 432 communes ont d’ores et déjà pris des arrêtés contre Linky. Pour nous, Enedis, filiale d’EDF chargée de la distribution de l’électricité et en charge du déploiement, ne donne pas toutes les informations. Les avantages présentés nous paraissent très contestables, notamment sur le fait que ce compteur doit permettre de faire des économies. Et quid de la protection des données collectées qui vont alimenter le Big data ? Nous posons la question.  »

Principe de précaution

Sur le plan de la santé, les opposants mettent en avant les risques liés à la propagation des ondes électromagnétiques. « Selon l’OMS, ces ondes sont potentiellement cancérigènes. Cela pose question. Nous voulons que le principe de précaution s’applique.  »

Les anti-Linky s’appuient aussi sur les nombreux cas dûment recensés de problèmes apparus dans les foyers après l’installation du fameux compteur vert : coupures de courant intempestives, lampes qui s’allument toutes seules, dysfonctionnements des box internet… (lire par ailleurs).

Aux arguments développés par le mouvement Stop Linky, Enedis apporte des réponses évidemment différentes, pour ne pas dire diamétralement opposées.

Pas que des consommateurs

«  En nous mobilisant, nous voulons donner aux usagers une information alternative pour qu’ils puissent accepter ou pas le compteur Linky en connaissance de cause. Nous voulons ouvrir le débat localement.  »

>center>

Conférence-débat organisée

par le collectif Stop Linky de Bar-sur-Aube

vendredi 24 novembre à 19 h 30, espace Davot, à Bar-sur-Aube.

Contacts : 06 89 77 55 20 – 06 51 52 63 70 – 06 06 43 37 15.

Courriel : stoplinkybsa@gmail.com et page Facebook : Stop Linky Bar-sur-Aube

 

Laisser un commentaire