Lycée rural = lycée sacrifié ?

C’est ce qu’on pouvait lire sur la banderole des lycéens qui se sont mobilisés à Bar sur Aube, le vendredi 7 décembre 2018. C’était le lendemain d’une grève de 27 enseignants (sur 29) du lycée sur les conséquences concrètes de la réforme des lycées pour l’établissement baralbin.

Dans le projet inégalitaire de Blanquer, analysé ici par Paul Vannier, responsable du livret programmatique sur l’éducation, les lycées ne fourniront pas à tous les publics la même offre de formation, une façon de plus de fractionner le territoire républicain.

El les plus éloignés sont les plus lésés. Ainsi la non-création de la spécialité « Sciences de l’ingénieur », qui s’inscrit dans la parfaite continuité de l’option qui était en place jusqu’à présent, et attirait de nombreux élèves des filières scientifiques, constitue à terme une menace grave pour le lycée Gaston Bachelard.

Une première initiative a été de lancer la pétition suivante.

La mise en place de la réforme du Lycée entraîne la suppression des filières traditionnelles (L, ES, S) remplacées par des enseignements de spécialités parmi lesquels les élèves auront à faire un choix (3 spécialités en classe de Première, 2 en Terminale).

A ce jour, il est prévu de proposer 8 spécialités à Bar-sur-Aube (Humanités-littérature-philosophie ; Langues-littératures et cultures étrangères ; Histoire-géographie-sciences politiques ; Mathématiques ; Physique-chimie ; Sciences économiques et sociales ; Sciences de la vie et de la terre ; Arts (cinéma-audiovisuel).

Afin de proposer une offre de formation équivalente à l’offre actuelle, les signataires demandent l’ouverture de la spécialité « Sciences de l’ingénieur » à la rentrée 2019, en plus des 8 spécialités ci-dessus citées. Il en va de la sauvegarde du lycée rural de Bar-sur-Aube.

 

La pétition est à signer à cette adresse : https://www.mesopinions.com/petition/social/sauvegarde-offre-formation-qualite-lycee-bar/55705

 

Laisser un commentaire